Surmonter les obstacles à l'emploi : améliorer la représentation des personnes autistes dans la population active

Todd Simkover possède une entreprise de consultation en autisme basée à Toronto

Alors que les entreprises du monde entier s'efforcent de constituer une main-d'œuvre plus inclusive, elles ne doivent pas négliger les personnes autistes, qui ont de nouvelles perspectives et des compétences uniques.

« La neurodiversité est un autre type de diversité », explique Todd Simkover, un consultant en autisme basé à Toronto, écrivain et conférencier qui a reçu un diagnostic d'autisme à l'âge de 15 ans. est un avantage supplémentaire pour tout le monde.

Simkover, titulaire d'une maîtrise en études critiques sur le handicap de l'Université York, a passé de nombreuses années à travailler pour des organisations telles que Kerry's Place Autism Services et le Geneva Centre for Autism. Mais il est une exception. En ce qui concerne l'emploi, de nombreuses personnes autistes n'ont pas la même chance et ont du mal à trouver et à conserver un emploi significatif à long terme.

Les chercheurs estiment qu'entre 70 et 90 % des personnes autistes sont sans emploi ou sous-employées au Canada. Les raisons derrière cela sont complexes. Les problèmes commencent avec le processus de demande d'emploi et d'entretien, qui sont généralement structurés d'une manière qui ne convient pas aux personnes neurodivergentes.

« Les personnes sur le spectre réussissent mieux lorsqu'il peut y avoir de la flexibilité en termes de réponse à une question. Il devrait y avoir des moyens créatifs pour que les candidats montrent leurs capacités.

"Le plus grand défi est de savoir comment les individus sur le spectre ont tendance à se présenter dans une interview", explique Simkover. Par exemple, les personnes autistes peuvent ne pas établir de contact visuel et peuvent avoir des sensibilités tactiles, ce qui les désavantage avec un intervieweur qui s'attend à un contact visuel ou à une poignée de main.

"Pour les emplois plus compétitifs, les personnes sur le spectre qui semblent maladroites sont moins susceptibles d'obtenir ces emplois parce que les enquêteurs recherchent certains traits - comme quelqu'un qui se présente comme confiant - et cela crée une barrière", explique Simkover.

Défis après l'entretien

Simkover est titulaire d'une maîtrise en études critiques sur le handicap de l'Université York

Les obstacles ne s'arrêtent pas au processus d'entrevue. Une fois qu'une personne autiste est embauchée dans un rôle professionnel, elle doit faire face à d'autres défis.

"La composante sociale ambiguë du lieu de travail est difficile pour les personnes du spectre", déclare Simkover, reconnaissant que cela dépend également de la nature du travail. "J'appelle cela l'aspect 'refroidisseur d'eau' de nombreux emplois - communiquer, être à l'aise et s'intégrer socialement."

En raison des difficultés à naviguer dans les situations sociales, Simkover dit que de nombreuses personnes autistes intelligentes et très compétentes ont du mal à conserver un emploi.

Pour illustrer son propos, Simkover utilise l'exemple d'un ami neurodivergent qui est très intelligent mais qui travaille dans une épicerie.

"Cette personne a d'excellentes compétences en écriture, mais à cause de son anxiété énorme, elle n'a pas pu terminer sa maîtrise", explique Simkover. "Ils travaillent depuis plusieurs années comme caissier entre autres - ils sont incroyablement sous-employés."

L'anxiété extrême peut être un autre facteur limitant. Simkover note que si les personnes autistes peuvent conserver avec succès un emploi à temps partiel sur le long terme, un rôle à temps plein peut déclencher du stress et conduire une personne autiste à démissionner ou à faire face à des problèmes de performance dans son rôle.

Conseils aux responsables du recrutement et aux demandeurs d'emploi autistes

Les employeurs et les personnes autistes sont perdants lorsque les lieux de travail ne font pas d'aménagements pour inclure les employés neurodivergents. Pendant ce temps, ceux qui le font récoltent des récompenses importantes. Après avoir mis en place un programme pour accéder aux talents neurodivers, Hewlett Packard Enterprises (HPE) a observé que les équipes de test de logiciels neurodivers de l'organisation sont 30 % plus productives que les autres équipes, selon un article paru dans Harvard Business Review.

"De nombreuses personnes sur le spectre ont tendance à être très fiables, ponctuelles et dignes de confiance", déclare Simkover. "Ils peuvent être plus honnêtes en général et très faciles à vivre."

Simkover a plusieurs recommandations pour les recruteurs :

  • Les employeurs devraient être plus flexibles avec le processus d'entrevue. Partager les questions d'entretien à l'avance aidera un candidat autiste à se préparer et contribuera grandement à apaiser son anxiété pendant l'entretien.
  • Les descriptions de poste doivent être claires et pertinentes. Un candidat neurodivergent qualifié peut avoir d'excellentes compétences en communication écrite, mais peut avoir du mal à communiquer verbalement. Si l'expression orale n'est pas une partie importante du travail, les compétences en communication verbale du candidat ne doivent pas être évaluées lors de l'entretien.
  • Les enquêteurs doivent éviter les questions abstraites ou hypothétiques telles que « où vous voyez-vous dans 10 ans ? » qui ne sont pas directement liés au travail. Une personne autiste est mieux à même de répondre à des questions spécifiques et bien définies qui se concentrent sur les tâches et les responsabilités du poste.

 « Nous devons aider les personnes ayant une déficience intellectuelle à trouver des emplois gratifiants. Cela leur donnera également un sentiment d'autonomie et de fierté, ce qui leur permettra d'avoir une meilleure qualité de vie.

En ce qui concerne les demandeurs d'emploi autistes, Simkover cite les conseils fournis par la scientifique américaine Dr Temple Grandin, qui a documenté ses propres expériences personnelles en tant que personne autiste. Le cas échéant, le Dr Grandin recommande aux chercheurs d'emploi autistes d'apporter un portfolio qui présente leurs meilleurs travaux, afin qu'ils puissent montrer leurs compétences aux intervieweurs.

"Les gens sur le spectre réussissent mieux quand il peut y avoir de la flexibilité en termes de réponse à une question", déclare Simkover. "Il devrait y avoir des moyens créatifs pour que les candidats montrent leurs capacités."

De nouvelles initiatives apportent de l'espoir

Simkover plaide dans la communauté

Certains employeurs ont déjà réorganisé leur processus d'embauche pour mieux inclure les candidats neurodivers. Outre HPE, de grandes entreprises telles que Microsoft, SAP et Walgreens ont mis en place des programmes spécifiquement destinés à l'embauche de personnes autistes.

De plus, des organisations comme Travaux d'emploi et Autisme Ontario aider les personnes autistes avec une formation professionnelle, une expérience de travail pratique et des ressources et un soutien pour le placement professionnel. L'initiative nationale Prêt, disposé et capable (RWA) met en relation des entreprises canadiennes avec des personnes qualifiées qui sont autistes ou qui ont d'autres déficiences intellectuelles. RWA est actif dans 20 communautés à travers le Canada.

"Au cours des cinq à 10 dernières années, j'ai vu beaucoup plus d'initiatives visant à atteindre la communauté de l'autisme pour uniformiser les règles du jeu avec le recrutement", déclare Simkover. « Nous devons aider les personnes ayant une déficience intellectuelle à trouver des emplois gratifiants. Il ajoute que cela leur donnera un sentiment d'autonomie et de fierté, ce qui leur permettra d'avoir une meilleure qualité de vie. 

Vous voulez accéder aux services d'autisme ?

Appelez notre service d'accueil des enfants et des jeunes 1-833-575-ENFANTS (5437)

Écrit par Stacey Stein

A 2 mois

Votre bébé a-t-il subi un test auditif ? OUI NON

A 6 mois

Est-ce que l'enfant?

Sursaut en réponse à des bruits forts ? OUI NON
Tournez-vous vers d'où vient un son ? OUI NON
Faire des cris différents pour des besoins différents (faim, fatigue) ? OUI NON
Regardez votre visage pendant que vous parlez ? OUI NON
Sourire/rire en réponse à vos sourires et rires ? OUI NON
Imitez la toux ou d'autres sons tels que ah, eh, buh OUI NON

A 9 mois

Est-ce que l'enfant?

Répondre à leur nom ? OUI NON
Répondre à la sonnerie du téléphone ou à un coup à la porte ? OUI NON
Comprenez-vous qu'on vous dit non ? OUI NON
Obtenir ce qu'ils veulent en utilisant des gestes (atteindre pour être ramassé) ? OUI NON
Jouer à des jeux sociaux avec vous (Peek-a-Boo) ? OUI NON
Aimez-vous être entouré de gens ? OUI NON
Babiller et répéter des sons tels que babababa ou duhduhduh ? OUI NON

A 12 mois

Est-ce que l'enfant?

Suivre des instructions simples en une étape (s'asseoir) ? OUI NON
Regarder de l'autre côté de la pièce un jouet lorsque l'adulte le pointe du doigt ? OUI NON
Utilisez systématiquement trois à cinq mots ? OUI NON
Utiliser des gestes pour communiquer (salut/au revoir, secoue la tête pour dire non) ? OUI NON
Attirez votre attention à l'aide de sons, de gestes et de pointage tout en regardant vos yeux ? OUI NON
Vous apporter des jouets pour vous montrer? OUI NON
Effectuer pour l'attention sociale et les éloges ? OUI NON
Combinez beaucoup de sons comme si vous parliez (abada baduh abee) ? OUI NON
Vous vous intéressez aux livres d'images simples ? OUI NON

A 18 mois

Est-ce que l'enfant?

Comprendre la signification de in and out, off and on ? OUI NON
Indiquez plus de 2 parties du corps lorsqu'on vous le demande ? OUI NON
Utiliser au moins 20 mots de manière cohérente ? OUI NON
Répondre par des mots ou des gestes à des questions simples (Où est nounours ? Qu'est-ce que c'est ?) ? OUI NON
Faire semblant de jouer avec des jouets (donne à boire à l'ours en peluche, fait semblant qu'un bol est un chapeau) ? OUI NON
Faire au moins quatre sons de consonnes différents (p ,b, m, n, d, g, w, h) ? OUI NON
Aimez-vous lire et partager des livres simples avec vous ? OUI NON
Pointer sur les images avec un seul doigt ? OUI NON

A 2 ans

Est-ce que l'enfant?

Suivez les instructions en deux étapes (allez chercher votre ours en peluche et montrez-le à grand-mère.) ? OUI NON
Utilisez 100 à 150 mots ? OUI NON
Utiliser au moins deux pronoms (toi, moi, mien) ? OUI NON
Combinez systématiquement deux à quatre mots dans des phrases courtes (chapeau de papa. Le camion tombe.) ? OUI NON
Aimez-vous être entouré d'autres enfants? OUI NON
Commencer à offrir des jouets aux autres enfants et imiter les gestes et les paroles des autres enfants ? OUI NON
Utiliser des mots compris par les autres 50 à 60 % du temps ? OUI NON
Former des mots ou des sons facilement et sans effort ? OUI NON
Tenir les livres dans le bon sens et tourner les pages ? OUI NON
Lire aux animaux en peluche ou aux jouets ? OUI NON
Griffonner avec des crayons ? OUI NON

A 30 mois

Est-ce que l'enfant?

Comprendre les notions de taille (gros/peu) et de quantité (un peu/beaucoup, plus) ? OUI NON
Utiliser un peu de grammaire pour adultes (deux cookies, vol d'oiseau, j'ai sauté) ? OUI NON
Utilisez plus de 350 mots ? OUI NON
Utilisez des mots d'action tels que courir, renverser, tomber ? OUI NON
Participer à des activités à tour de rôle avec des pairs, en utilisant à la fois des mots et des jouets ? OUI NON
Manifestez-vous de l'inquiétude lorsqu'un autre enfant est blessé ou triste ? OUI NON
Combinez plusieurs actions en jeu (met des blocs dans le train et conduit le train, dépose les blocs.) ? OUI NON
Mettre des sons au début de la plupart des mots ? OUI NON
Utilisez des mots avec deux syllabes ou plusieurs battements ou plus (ba-na-na, com-pu-ter, a-pple) ? OUI NON
Reconnaître les logos familiers et les signes imprimés (panneau d'arrêt) ? OUI NON
Se souvenir et comprendre des histoires familières ? OUI NON

A 3 ans

Est-ce que l'enfant?

Comprendre qui, quoi, où et pourquoi des questions ? OUI NON
Créer de longues phrases en utilisant cinq à huit mots ? OUI NON
Parler d'événements passés (voyage chez les grands-parents, journée à la garderie) ? OUI NON
Raconter des histoires simples ? OUI NON
Montrez-vous de l'affection pour vos camarades de jeu préférés ? OUI NON
S'engager dans un jeu de simulation en plusieurs étapes (faire semblant de cuisiner un repas, réparer une voiture) ? OUI NON
Parlez-vous de manière à ce que la plupart des personnes extérieures à la famille comprennent ce qu'il/elle dit la plupart du temps ? OUI NON
Avez-vous une compréhension de la fonction de l'impression (menus, listes, signes) ? OUI NON
Montrez-vous intéressé et conscient des mots qui riment ? OUI NON
Lire aux animaux en peluche ou aux jouets ? OUI NON
Griffonner avec des crayons ? OUI NON

A 4 ans

Est-ce que l'enfant?

Suivez les instructions en trois étapes ou plus (prenez d'abord du papier, puis faites un dessin et donnez-le à maman) ? OUI NON
Utiliser une grammaire de type adulte ? OUI NON
Raconter des histoires avec un début, un milieu et une fin ? OUI NON
Parler pour essayer de résoudre des problèmes avec des adultes et avec d'autres enfants ? OUI NON
Montrer un jeu imaginaire de plus en plus complexe ? OUI NON
Parler d'une manière qui est comprise par des étrangers presque tout le temps ? OUI NON
Générer des rimes simples (chat-chauve-souris) ? OUI NON
Faites correspondre certaines lettres avec leurs sons (la lettre b dit buh, la lettre t dit tuh) ? OUI NON