La relation entre la santé mentale et l'autisme

Les personnes autistes sont plus susceptibles de vivre avec un problème de santé mentale, souvent le résultat d'un cercle vicieux enraciné dans des facteurs de stress quotidiens, selon le Dr Jonathan Weiss, professeur au Département de psychologie de l'Université York et directeur du LaMarsh Centre for Child and Youth. Rechercher. 

78 % des enfants autistes ont au moins un problème de santé mentale

Sept personnes autistes sur 10 ont une condition comme l'anxiété, la dépression, le TDAH ou le trouble obsessionnel-compulsif. Une nouvelle étude a révélé que près de 78 % des enfants autistes ont au moins un problème de santé mentale et près de la moitié en ont deux ou plus. Pendant ce temps, la même étude a noté que seulement 14.1 % des enfants non autistes (âgés de 17 à XNUMX ans) ont un problème de santé mentale. Cela soulève la question suivante : quelle est la corrélation entre l'autisme et une incidence plus élevée de problèmes de santé mentale ? 

"Grandir autiste dans une société non autiste se présente avec de nombreux tracas quotidiens, de nombreux types de traumatismes aigus, ou plus généralement, des expériences de stigmatisation et de marginalisation."

Le Dr Weiss cherche à comprendre cette relation par le biais de recherches axées sur la santé mentale des personnes atteintes d'autisme ou de déficience intellectuelle tout au long de la vie. Il note qu'à mesure que les personnes autistes subissent davantage de facteurs de stress liés à leur état, elles éprouvent de plus grands défis à réguler leurs émotions, ainsi que des sentiments intensifiés d'anxiété et de stress.

Il en résulte ce qu'il appelle un cycle de négativité, où les facteurs de stress liés à l'autisme conduisent à des émotions négatives, qui conduisent ensuite à plus de facteurs de stress, qui à leur tour conduisent à plus d'émotions négatives. « Il ne s'agit pas seulement d'émotions, mais de la façon dont les gens voient et vivent le monde. Et cela entraîne des problèmes de santé mentale », dit-il.

Les problèmes de santé mentale chez les personnes autistes sont également plus susceptibles de ne pas être diagnostiqués en raison d'un phénomène appelé occultation diagnostique, où un diagnostic d'autisme finit par obscurcir la capacité d'un clinicien à identifier d'autres symptômes. Cela amène le clinicien à considérer à tort l'autisme d'une personne comme un problème de santé mentale.  

L'impact de la pandémie

La pandémie de COVID-19 a rendu la vie encore plus difficile pour de nombreuses personnes autistes qui vivent avec un problème de santé mentale.

De nouvelles données indiquent que la santé mentale de certains enfants et adolescents autistes s'est détériorée au cours des deux dernières années, explique le Dr Weiss, en partie à cause d'une rupture des moyens traditionnels d'accès aux soutiens. Cela comprenait une plus grande difficulté à communiquer avec les travailleurs de soutien, car les services en personne ont été contraints de fermer temporairement ou de se déplacer en ligne. Cela était encore exacerbé dans les situations où une personne autiste avait du mal à accéder ou à utiliser la technologie nécessaire pour se connecter virtuellement avec les travailleurs de soutien. 

Comme les activités et les interactions en personne sont devenues extrêmement limitées pendant la pandémie, les personnes autistes peuvent également avoir ressenti un sentiment d'isolement accru. L'isolement social qui a défini la pandémie peut avoir eu un impact négatif sur les enfants autistes qui s'épanouissent le plus lorsqu'ils sont immergés dans des environnements en personne bienveillants et favorables, tels que l'école, les dates de jeu et les thérapies en personne. Selon un article dans une revue pédiatrique, les enfants autistes étaient une population particulièrement vulnérable pendant la pandémie de COVID-19 en raison du potentiel d'exacerbation des symptômes, de l'accès limité à la thérapie et de la responsabilité écrasante placée sur leurs soignants. Dans le même temps, pour d'autres personnes autistes qui trouvent les contextes traditionnels en personne stressants, la réduction des exigences pendant la pandémie peut s'être traduite par moins de détresse. 

« Il ne s'agit pas seulement d'émotions, mais de la façon dont les gens voient et vivent le monde. Et cela entraîne des problèmes de santé mentale.

Le Dr Weiss, qui collabore à des projets de recherche avec Surrey Place, ajoute que l'imprévisibilité de la pandémie peut avoir causé un stress supplémentaire aux personnes autistes qui ne savaient pas comment planifier et s'adapter dans une situation continue et très incertaine. La pandémie a perturbé les routines quotidiennes et rendu la vie imprévisible, entraînant des niveaux accrus d'anxiété et de détresse mentale chez certaines personnes autistes.

Connaissez votre habitude

Étant donné les frontières souvent floues entre un problème de santé mentale et l'autisme, quelle est la meilleure façon d'identifier si un comportement est dû à l'autisme ou à une autre condition ? 

Selon le Dr Weiss, la meilleure pratique consiste à savoir ce qu'est « l'habituel » d'une personne. Ce concept, qui a été préconisé par ceux qui travaillent dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale, s'articule autour de la compréhension de ce à quoi ressemble habituellement une personne. 

Il est important d'établir une ligne de base afin de comprendre quand quelque chose a changé. 

C'est différent de tenir une personne autiste à la hauteur d'une attente de ce qui est «typique» pour quelqu'un qui n'est pas autiste, ce qui risque de pathologiser l'autisme comme un problème de santé mentale.

Selon le Dr Weiss, cela signifie comprendre à quoi ressemble la personne lorsqu'elle se sent « bien » à propos des choses, ce qui facilite l'identification de tout changement qui se produit à partir de cette ligne de base.

« Ce sont les changements par rapport au niveau de référence qui nous aident à déterminer s'il y a des problèmes de santé mentale qui sont nouveaux », explique le Dr Weiss.

L'importance des soins personnels 

Pour les personnes autistes aux prises avec des problèmes de santé mentale, le Dr Weiss leur recommande de déterminer (peut-être en collaboration avec un clinicien) à la fois ce qui fonctionne en termes de stratégies d'auto-soins pour améliorer le bien-être et qui travaille en termes d'identification des personnes qui ajoutent valeur à la vie d'une personne. 

Certains adultes autistes trouvent utile de se connecter avec des pairs qui ont vécu une expérience similaire. 

Ce qui fonctionne fait référence à la pratique d'activités quotidiennes qu'une personne aime et qui la font se sentir mieux. Les soins personnels sont différents pour tout le monde - pour une personne, cela peut signifier se connecter avec les autres tandis que pour une autre personne, cela peut signifier faire une pause dans la connexion.

Lorsqu'il s'agit de savoir qui travaille, le Dr Weiss souligne qu'il ne fait pas référence aux soutiens formels, mais plutôt aux personnes dans la vie d'une personne autiste qui les élèvent. Il est important de se connecter avec une communauté qui améliore le sentiment de bien-être d'une personne autiste. 

Prendre soin des autres peut également aider les personnes atteintes d'autisme aux prises avec des problèmes de santé mentale. Cela inclut la recherche de moyens d'aider les voisins ainsi que d'autres personnes autistes, ce qui peut être une voie pour les personnes autistes pour s'aider elles-mêmes. 

Ce qui doit changer

Faire face à un problème de santé mentale en plus des défis auxquels les personnes autistes sont déjà confrontées dans un monde neurotypique aggrave les obstacles à l'inclusion, à l'indépendance et au bien-être. En raison de la stigmatisation à laquelle les personnes autistes sont confrontées en général, elles peuvent être réticentes à divulguer un problème de santé mentale et à demander une aide appropriée.

"Il est utile de considérer que le problème n'est pas seulement à l'intérieur de la personne - ce qui doit changer, c'est l'alignement entre la personne et ses contextes."

Pour que la situation s'améliore, deux choses doivent changer : le contexte dans lequel vivent les personnes autistes, ainsi que la correction des idées fausses selon lesquelles l'autisme est quelque chose qui doit être "réparé". La recherche montre qu'il y a moins de problèmes de santé mentale et un degré plus élevé de santé mentale positive chez les personnes autistes qui vivent dans des contextes dans lesquels elles participent de manière significative à la vie familiale, à la vie scolaire et à la vie communautaire, selon le Dr Weiss

« Il est utile de considérer que le problème n'est pas seulement à l'intérieur de la personne – ce qui doit changer, c'est l'alignement entre la personne et son contexte », explique le Dr Weiss. "Nous devons examiner comment nous pouvons changer les contextes, afin qu'ils soient meilleurs pour la personne."  

Il existe de nombreux services disponibles pour les enfants et les adultes autistes ayant besoin d'un soutien en santé mentale. 

Une personne autiste peut avoir besoin d'aide pour traiter un problème de santé mentale, mais l'autisme doit être "accepté et apprécié pour la différence qu'il est", dit-il.

Il ajoute : "Ce n'est pas le cas actuellement pour de nombreuses personnes autistes. La chose la plus importante que nous puissions faire est de chercher des moyens d'accepter les personnes autistes, de leur faire comprendre qu'elles comptent et de les inclure de manière significative dans la société.  

Où trouver de l'aide

La santé mentale des enfants autistes a longtemps été négligée. Heureusement, il y a maintenant une plus grande sensibilisation au problème et de meilleurs soutiens sont disponibles. Des organisations comme Place du Surrey, Services de santé mentale et d'autisme de Woodview et Kinark offrent une variété de programmes socio-émotionnels fondés sur des données probantes. L'Université York et CAMH ont également élaboré un guide en ligne gratuit pour les personnes autistes, les familles, les praticiens de la santé mentale et les fournisseurs de services. Le guide vise à partager les connaissances sur les problèmes liés à la santé mentale des autistes tout en fournissant des stratégies pour promouvoir le bien-être et des informations sur les ressources utiles.

Vous voulez accéder aux services d'autisme ?

Appelez notre service d'accueil des enfants et des jeunes 1-833-575-ENFANTS (5437)

Écrit par Stacey Stein

A 2 mois

Votre bébé a-t-il subi un test auditif ? OUI NON

A 6 mois

Est-ce que l'enfant?

Sursaut en réponse à des bruits forts ? OUI NON
Tournez-vous vers d'où vient un son ? OUI NON
Faire des cris différents pour des besoins différents (faim, fatigue) ? OUI NON
Regardez votre visage pendant que vous parlez ? OUI NON
Sourire/rire en réponse à vos sourires et rires ? OUI NON
Imitez la toux ou d'autres sons tels que ah, eh, buh OUI NON

A 9 mois

Est-ce que l'enfant?

Répondre à leur nom ? OUI NON
Répondre à la sonnerie du téléphone ou à un coup à la porte ? OUI NON
Comprenez-vous qu'on vous dit non ? OUI NON
Obtenir ce qu'ils veulent en utilisant des gestes (atteindre pour être ramassé) ? OUI NON
Jouer à des jeux sociaux avec vous (Peek-a-Boo) ? OUI NON
Aimez-vous être entouré de gens ? OUI NON
Babiller et répéter des sons tels que babababa ou duhduhduh ? OUI NON

A 12 mois

Est-ce que l'enfant?

Suivre des instructions simples en une étape (s'asseoir) ? OUI NON
Regarder de l'autre côté de la pièce un jouet lorsque l'adulte le pointe du doigt ? OUI NON
Utilisez systématiquement trois à cinq mots ? OUI NON
Utiliser des gestes pour communiquer (salut/au revoir, secoue la tête pour dire non) ? OUI NON
Attirez votre attention à l'aide de sons, de gestes et de pointage tout en regardant vos yeux ? OUI NON
Vous apporter des jouets pour vous montrer? OUI NON
Effectuer pour l'attention sociale et les éloges ? OUI NON
Combinez beaucoup de sons comme si vous parliez (abada baduh abee) ? OUI NON
Vous vous intéressez aux livres d'images simples ? OUI NON

A 18 mois

Est-ce que l'enfant?

Comprendre la signification de in and out, off and on ? OUI NON
Indiquez plus de 2 parties du corps lorsqu'on vous le demande ? OUI NON
Utiliser au moins 20 mots de manière cohérente ? OUI NON
Répondre par des mots ou des gestes à des questions simples (Où est nounours ? Qu'est-ce que c'est ?) ? OUI NON
Faire semblant de jouer avec des jouets (donne à boire à l'ours en peluche, fait semblant qu'un bol est un chapeau) ? OUI NON
Faire au moins quatre sons de consonnes différents (p ,b, m, n, d, g, w, h) ? OUI NON
Aimez-vous lire et partager des livres simples avec vous ? OUI NON
Pointer sur les images avec un seul doigt ? OUI NON

A 2 ans

Est-ce que l'enfant?

Suivez les instructions en deux étapes (allez chercher votre ours en peluche et montrez-le à grand-mère.) ? OUI NON
Utilisez 100 à 150 mots ? OUI NON
Utiliser au moins deux pronoms (toi, moi, mien) ? OUI NON
Combinez systématiquement deux à quatre mots dans des phrases courtes (chapeau de papa. Le camion tombe.) ? OUI NON
Aimez-vous être entouré d'autres enfants? OUI NON
Commencer à offrir des jouets aux autres enfants et imiter les gestes et les paroles des autres enfants ? OUI NON
Utiliser des mots compris par les autres 50 à 60 % du temps ? OUI NON
Former des mots ou des sons facilement et sans effort ? OUI NON
Tenir les livres dans le bon sens et tourner les pages ? OUI NON
Lire aux animaux en peluche ou aux jouets ? OUI NON
Griffonner avec des crayons ? OUI NON

A 30 mois

Est-ce que l'enfant?

Comprendre les notions de taille (gros/peu) et de quantité (un peu/beaucoup, plus) ? OUI NON
Utiliser un peu de grammaire pour adultes (deux cookies, vol d'oiseau, j'ai sauté) ? OUI NON
Utilisez plus de 350 mots ? OUI NON
Utilisez des mots d'action tels que courir, renverser, tomber ? OUI NON
Participer à des activités à tour de rôle avec des pairs, en utilisant à la fois des mots et des jouets ? OUI NON
Manifestez-vous de l'inquiétude lorsqu'un autre enfant est blessé ou triste ? OUI NON
Combinez plusieurs actions en jeu (met des blocs dans le train et conduit le train, dépose les blocs.) ? OUI NON
Mettre des sons au début de la plupart des mots ? OUI NON
Utilisez des mots avec deux syllabes ou plusieurs battements ou plus (ba-na-na, com-pu-ter, a-pple) ? OUI NON
Reconnaître les logos familiers et les signes imprimés (panneau d'arrêt) ? OUI NON
Se souvenir et comprendre des histoires familières ? OUI NON

A 3 ans

Est-ce que l'enfant?

Comprendre qui, quoi, où et pourquoi des questions ? OUI NON
Créer de longues phrases en utilisant cinq à huit mots ? OUI NON
Parler d'événements passés (voyage chez les grands-parents, journée à la garderie) ? OUI NON
Raconter des histoires simples ? OUI NON
Montrez-vous de l'affection pour vos camarades de jeu préférés ? OUI NON
S'engager dans un jeu de simulation en plusieurs étapes (faire semblant de cuisiner un repas, réparer une voiture) ? OUI NON
Parlez-vous de manière à ce que la plupart des personnes extérieures à la famille comprennent ce qu'il/elle dit la plupart du temps ? OUI NON
Avez-vous une compréhension de la fonction de l'impression (menus, listes, signes) ? OUI NON
Montrez-vous intéressé et conscient des mots qui riment ? OUI NON
Lire aux animaux en peluche ou aux jouets ? OUI NON
Griffonner avec des crayons ? OUI NON

A 4 ans

Est-ce que l'enfant?

Suivez les instructions en trois étapes ou plus (prenez d'abord du papier, puis faites un dessin et donnez-le à maman) ? OUI NON
Utiliser une grammaire de type adulte ? OUI NON
Raconter des histoires avec un début, un milieu et une fin ? OUI NON
Parler pour essayer de résoudre des problèmes avec des adultes et avec d'autres enfants ? OUI NON
Montrer un jeu imaginaire de plus en plus complexe ? OUI NON
Parler d'une manière qui est comprise par des étrangers presque tout le temps ? OUI NON
Générer des rimes simples (chat-chauve-souris) ? OUI NON
Faites correspondre certaines lettres avec leurs sons (la lettre b dit buh, la lettre t dit tuh) ? OUI NON